L’église des Jésuites de Molsheim

Monuments, Zoom sur

L’installation des Jésuites à Molsheim est une conséquence de la Réforme protestante. En 1580, huit religieux s’installent dans l’ancien hôpital épiscopal de Molsheim, puis ils construisent un nouvel internat et le collège des jésuites, grâce au financement apporté par Charles de Lorraine qui est l’évêque de Strasbourg. Le successeur de Charles de Lorraine, l’archiduc Léopold d’Autriche qui est le frère de l’empereur Ferdinand II, décide de construire un collège (l’actuel lycée Camille-Schneider). La construction a débuté le 5 avril 1608 et achevé un an plus tard. Le 15 novembre 1614, l’archiduc Léopold décide la construction de l’église, car la chapelle de l’ancien hôpital ne suffit plus. La construction débute en février 1615, financée par plusieurs donateurs, et l’église est achevée en 1617.

L’église est de style gothique, elle est construite selon un plan en croix latine. Elle a des fenêtres en ogives. Ses dimensions sont de 61,50 m de largeur pour 21,50 de longueur et 20 mètres de hauteur sous la voûte. L’intérieur de l’église est très spacieux, ses proportions sont harmonieuses et la répartition de la lumière donne une impression profonde sur le visiteur, car pour les jésuites la lumière joue un rôle important. Le chœur se signale par ses vastes dimensions (19,50 m x 11 m), afin d’accueillir un nombreux clergé lors des cérémonies. La nef comporte dix travées et deux collatéraux qui supportent des galeries, une particularité de l’église de Molsheim.

Le transept est constitué de deux chapelles. La première, située dans le bras nord du transept, est consacrée à Saint-Ignace de Loyola ; les armoiries de la clé de voûte sont celles de l’archiduc Léopold d’Autriche, les décorations imitant le marbre constituent le seul exemple de style jésuite en Alsace. La deuxième chapelle, située dans le bras sud, est consacrée à la Vierge. Les peintures murales datent principalement de 1648. De part et d’autres de l’entrée du petit chœur plusieurs saints sont représentés. Les armoiries de la clé de voûte sont celles de l’évêque Gabriel Haug. Dans la chapelle se trouve la dalle funéraire de Jean 1er de Dirpheim, évêque de Strasbourg de 1306 à 1328, qui offrit à la ville de Molsheim un hôpital pour les pauvres et fit restaurer et agrandir le premier mur d’enceinte de la ville.

Le mobiliser est essentiellement composé de la croix des Chartreux qui se situe à l’entrée Nord de l’église. Elle a été exposée pendant près de deux siècles à la Chartreuse de Molsheim, puis au cimetière de Molsheim avant d’être mise à l’abri des intempéries dans l’église en 1970. Elle est remarquable par ses détails et par l’expressivité du visage du Christ. De style Renaissance, la chaire date de 1631 et s’orne entre autres de statues de saint Pierre et Paul et des pères de l’Église latine. Les fonts baptismaux remonte également du XVIIe siècle (1624) proviennent de l’ancienne église paroissiale détruite. Les bas-reliefs représentent les 7 sacrements. L’orgue Silbermann est construit par Jean André Silbermann en 1781. Cet orgue remplace un instrument de 1618. Cet orgue est le seul à posséder un clavier d’écho complet en Alsace et le buffet possède des ailes sculptées représentant des instruments de musique.

Notice réalisée par Dilara BASAR et Samuel FAUDEL, élèves du collège Henri-Meck de Molsheim (option Culture régionale 2015-2016)