CAFÉ-HISTOIRE : L’enseignement à Molsheim du Moyen Âge au XIXe siècle

CAFÉ-HISTOIRE : L’enseignement à Molsheim du Moyen Âge au XIXe siècle

Café - histoire par Louis SCHLAEFLI, conservateur de la bibliothèque du Grand séminaire et André PACHOD, maître de conférence HDR

A Molsheim à la Maison des Élèves à 19h30
Places limitées – 10 €/ pers.

L’ENSEIGNEMENT À MOLSHEIM

Avant même l’an 1500, Molsheim disposait d’un « rector scolarum », forcement de langue allemande, mais à partir de 1741, un autre, de langue française, était à la disposition de la bonne société française, constituée par les de Doré, les Désormeaux les Lindenbaum, les Oberkirch, Wimpfen…

Mais surtout Molsheim peut se targuer d’avoir disposé d’un Collège dès 1580 et d’avoir été pour un temps, avec Strasbourg, la seule ville universitaire d’Alsace.

De 1688 à 1692, les sœurs de Notre-Dame, venues à la demande de Louis XIV, y avaient ouvert un pensionnat, avant de quitter Molsheim pour Strasbourg.

La Révolution y a constitué un vrai coup d’arrêt pour l’enseignement secondaire. Au XIXe siècle, Molsheim vit dans la nostalgie du collège dont elle avait disposé avant la Révolution, sans que les autorités civiles ou ecclésiastiques mettent en place les moyens nécessaires pour remédier à la situation : une série d’écoles latines éphémères vont ouvrir leur porte sans grand succès.

Madeleine Ehrhard, native de Molsheim, qui fondera la Congrégation enseignante des sœurs de Ribeauvillé, était, en 1790, « instructrice de l’école des petites filles dans la maison de la fondation Jenner ».

La Petite Sorbonne de Mgr Lepappe de Trévern occupa les bâtiments de l’ancien Collège de 1824 à 1834, mais dut les quitter pour céder la place à la sénatorerie du maréchal Kellermann. Ultérieurement les sœurs de Notre-Dame y rouvrirent un pensionnat.

Le grand essor ne viendra que dans la seconde moitié du XXe siècle et, en 2020, Molsheim accueille près de 4000 élèves dans ses trois lycées, deux collèges, deux écoles primaires et trois maternelles, singulier redressement par rapport à l’hésitant XIXe siècle !

Louis Schlaefli

Déjà au XVIe siècle, un élève inattentif orne les pages de garde de sa grammaire de dessins !

André Pachod insistera sur Molsheim, les initiatives et les réalisations d’un enseignement au service de la réussite et de l’épanouissement de toute personne, notamment des filles.

D’autres événements à venir